· 

Et maintenant, on fait quoi ?

Un vol en 1ère classe nous est réservé pour nous dédommager du fiasco de l'aller : que c'est bon surtout quand c'est : surprise ! on n'y croyait pas et on pensait que c'était juste pour la partie Port au Prince / Saint Domingue.

Chouette escale technique à Saint Domingue où j'ai pu parlé un peu espagnol et commander des patatas fritas. :)

Nous voilà sur le sol français.

Le vide.

Le manque.

Je ne parle pas que du soleil, de la chaleur, du paysage ... Non, la découverte de ce pays me manque.

Je suis bouleversée par tous ces enfants, par cette école qui n'a rien, par ces enfants qui sont pieds-nus ou sans slip.

Comment pouvons-nous vivre avec le sourire dans ces telles conditions ?

Sûrement parce qu'on ne connaît rien d'autre, du moins, je l'imagine.

 

La reprise du travail est difficile. 

Boulot - devoirs - enfants - dodo : ça ne m'intéresse plus. QQch doit changer dans ma vie.

 

Plusieurs mois se passent, Haïti est toujours dans mon coeur, dans ma tête.

Je me questionne : est-il l'heure de partir faire de l'humanitaire et de laisser quelques mois ma famille ?... Décision difficile à prendre.

 

En mai, je prends la décision de créer une association et me documente le plus possible. L'association est déclarée le 5 Juin 2018 et la famille me suit dans mon projet, mon mari, mes enfants et mes nièces. Ma maman m'encourage aussi, je crois même que c'est la plus enthousiaste et la personne qui m'encourage le plus. Au fond, elle sait depuis que je suis toute petite que c'est mon rêve, que je veux venir en aide aux enfants défavorisés.

 

Tout reste à faire ...

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0